Entretenir la coque d’un bateau : mode d’emploi

Nautisme    21 février 2020

Le carénage

Nettoyer et protéger efficacement la coque de son bateau exige une mise au sec et une opération d’entretien, ou carénage, qu’il convient de renouveler généralement tous les ans au printemps.

Le carénage est important à plusieurs titres.

Parties immergées du navire, les œuvres vives subissent de multiples agressions, à commencer par un milieu alacalin et salin propice au développement d’algues mais aussi de certains mollusques. Si la peinture antifouling permet de ralentir cette prolifération, ses propriétés biocides s’atténuent au fil du temps. Colonisée par des végétaux et des coquillages, la carène du navire voit son potentiel de glisse grandement diminué. Elle n’est plus aussi performante. Caréner régulièrement son bateau permet par ailleurs de prolonger sa durée de vie, de garder un œil sur tout ce qui se passe sous la ligne de flottaison.

Une fois le bateau mis au sec sur une zone spécifique, équipée pour récupérer les eaux usées, la première opération consiste à nettoyer la coque de ses salissures au moyen d’un nettoyeur haute pression. Après cette première étape, vous pouvez intervenir à l’aide d’un grattoir sur les endroits plus difficiles, avant de poncer l’ensemble avec un abrasif fin (grain entre 150 et 220). N’oubliez pas de nettoyer l’hélice et l’arbre. Votre coque peut alors recevoir un nouvel antifouling.

Passer un antifouling régulièrement sur son bateau permet d’allonger la durée de vie de la coque.

Pour avoir un bateau soigné, il convient de délimiter la zone de peinture en fonction de la ligne de flottaison. N’oubliez pas de protéger les parties sensibles des œuvres vives (sonde, loch, emplacement des anodes, hélice et arbre).
La quantité d’antifouling nécessaire selon la surface à couvrir et le nombre de couches par rapport au pouvoir couvrant du produit qui peut varier de 8 à 10 m² par litre. Il est recommandé de passer plusieurs couches au niveau de la ligne de flottaison. L’endroit est plus sensible aux algues, à cause de la lumière du soleil.
On distingue deux sortes d’antifouling. Le premier, à matrice dure, est plus résistant, utilisé pour un usage intensif, les longues navigations ou échouages fréquents. Cependant, il est très difficile à enlever. A l’inverse, l’antifouling érodable s’épuise rapidement, mais permet de garder une coque nette.

Partager cet article

Découvrez
nos produits "experts"
sur notre boutique


Découvrez nos tutos
et conseils en vidéos


Les sondeurs

Nos magasins


Nos équipes vous accueillent sur toute la côte Manche-Atlantique dans nos 66 magasins. Pour trouver le magasin le plus proche de chez vous, entrez le nom de la ville souhaitée ou son code postal.

Suivez-nous


Webzine de la mer


Articles, dossiers spéciaux, conseils, portraits ou innovations... le webzine de la mer vous ouvre de belles perspectives et de nouveaux horizons autour du vaste sujet que constitue la mer. Bon voyage maritime...